Fragments epars d'une intensité sur place


Un essai vidéographique en cinq parties de François Billaud


   « Les « fragments épars » sont le journal vidéo d’un voyageur d’un voyageur anonyme et virtuel qui m’habite, me met en mouvement et en désir de cinéma. Cet homme à la caméra part en quête de visions dans la ville ; son approche est empirique et passe par une improvisation continuelle.
Il trace un cheminement au fil du hasard et des rencontres, et se laisse progressivement ravir par l’énigmatique appel du temps qui maintient l’expérience ouverte, instable, dans une sorte d’éternel retour du présent…» f.billaud

 
   "Cet essai vidéographique est une succession de fragments, sorte de work in progress au fil du temps dans lequel s’entrecroisent le cinéma expérimental, le documentaire et la fiction. Il se présente sous la forme d’un triptyque : trois flux vidéo, bord à bord, en rapport de continuité ou de disjonction, recomposent un écran de format panoramique qui nous immerge d’emblée dans une expérience de la vision. Puis le flux des images fait progressivement basculer l’expérience dans une interrogation sur le temps, dans la durée intime propre au corps, celui du personnage voyageur de ce film comme celui du spectateur que nous sommes, embarqués sur une ligne de devenir."

 

"Pôm Bouvier B. m’a fait sentir que l’univers des sons pouvait creuser l’espace et créer du vide dans la matière.
C’est quelque chose de cette sorte que je cherche pour faire contre-point aux « fragments épars », d’un côté pour les éclater plus encore, de l’autre pour relier tous ces bouts de monde hétérogènes dans un continuum qui les « sousbasserait » ; une présence serait là, pourtant absente de toute affirmation...
Ainsi les sons arriveraient en creux, venant trouer ce qui est montré, pour vider l’image plutôt que pour la gonfler...,le contraire donc d’une belle musique de film... ! Voici le pari qui anime cette collaboration de Pôm Bouvier B. à mon aventure filmique."
f.billaud

 


première partie :
fragments #01- #57 ,  durée 5h20mn
                                                                                                                                                  
deuxième partie :
fragments #57- #145  ,  durée  6h00mn
                                                                                                                                                    
troisième partie :
en cours de montage